Tout d’abord qu’est-ce que le sommeil ?

Le sommeil est une forme d’activité qui fait partie de nos fonctions vital, comme la digestion, l’immunité, la respiration.Le sommeil est un comportement spontané qui est caractérisé par des périodes récurrentes.

Il existe 3 stades de sommeil :

  • Le sommeil léger et lent (stades 1 et 2)
  • Le sommeil lent, profond (stades 3 et 4)
  • Le sommeil paradoxal

Chaque cycle de sommeil (entre 6 et 7 par nuit) à une fonction sur le corps et le mental : le cycle lent agit sur la divisions cellulaires et la production de l’hormone de croissance, d’où l’importance du sommeil chez l’enfant. Le sommeil paradoxal est le stade ou l’enfant fait de beaux rêves !

Les besoins de sommeil chez l’enfant ne sont pas les mêmes que pour l’adulte, mais ça tout le monde le sait !

Votre enfant dort ou devrait dormir en moyenne 15h par jour à 6 mois, puis 13 à 14h vers l’âge de 2 ans, et 12 heures entre 3 et 5 ans.

Les siestes qui nous font du bien, à nous parents (moment de pauseJ) vont commencer à disparaitre vers l’âge de 4 ans.

Ensuite, la durée du sommeil commence progressivement à se rapprocher de celle de l’adulte vers 5 ans et la durée diminue entre 9 et 10 heures et ce jusqu’à l’adolescence.

 

A quoi sert de dormir ?

Dormir sert à GRANDIR, à RECUPERER, à MEMORISER, et à se RENFORCER

Les facteurs d’un sommeil agité : 

Cependant, il subsiste plusieurs facteurs qui peuvent générer un sommeil perturbé, ce qu’on appelle les parasomnies du sommeil paradoxal.

J’explique, les différentes parasomnies du sommeil sont :

  • Les cauchemars (les plus fréquentes chez l’enfant surtout entre 3 et 6 ans)

Si les cauchemars sont récurrents n’hésitez pas à rechercher la cause émotionnelle ou psychologique, mais attention à ne pas se laisser avoir par l’enfant qui ne veut pas se coucher et donc va s’en servir comme « prétexte ».

 

  • Les terreurs nocturnes sont souvent dissocier des cauchemars, qui n’arrivent pas à la même heure, mais plus en seconde partie de nuit (enfant de moins de 5 ans).

Si cela devient trop fréquent, il faudra alors rechercher éventuellement une cause de stress ou psychologique.

  • La somniloquie: c’est le fait de parler ou de faire des sons inintelligibles ou compréhensibles, ce qui arrive à n’importe quel âge.
  • Le bruxisme: c’est le grincement des dents, il peut être nécessaire dans ce cas de faire porter une gouttière à son enfant afin d’éviter une usure des dents.
  • Le somnambulisme: l’enfant se lève pendant la nuit, souvent 1 à 3h après l’endormissement.

 

Cela dure en moyenne 10 min ou l’enfant déambule les yeux ouverts. Il ne garde aucun souvenir de ces moments passés à se balader…

On note seulement 1 à 6% les enfants réellement somnambules, il s’agit plutôt des garçons entre 1 à 15 ans.

Si votre enfant présente ces symptômes de somnambulismes mettez en place des mesures préventives afin de ne pas le mettre en danger.

Pour aider votre enfant à s’endormir serein, dans son lit voici quelques points utiles :

  1. Le rituel du coucher (habitudes à prendre au moment du coucher, lire une histoire, écouter une musique douce, échange de câlin 2 à 3 min,…) ce moment doit être calme et rassurant.
  2. On EVITE les écrans (télé, tablettes, téléphone ou autres perturbateurs) car la lumière bleue affecte le système veille-sommeil en modifiant la sécrétion de mélatonine hormone du sommeil. De plus, certaines images peuvent entrainer de l’anxiété ou du stress chez l’enfant.

Apprenez à votre enfant à bien dormir…

Voici ce qu’il faut instaurer à chaque coucher et s’y tenir, car votre rôle n’est pas de le faire dormir mais de lui montrer comment s’endormir seul.

L’enfant hurle, pleure toutes les larmes de son corps, se fait vomir, fait une crise de colère, vous rejoint dans le salon ou dans votre chambre… Que faut-il faire dans ce cas ?

Faire comprendre à votre enfant :

  • Que le rituel du coucher est justement un moment que vous passez avec lui et qu’il est bref (moins de 10min). Une seule fois !
  • C’est vous qui lui rendait visiter et non lui qui vient dans votre chambre
  • S’il vous appelle, laissez une petite attente brève et non immédiatement
  • Surtout ne pas rester dans la chambre jusqu’à endormissement
  • Demandez-lui s’il veut un doudou et en aucun cas un biberon de lait ou d’eau.

Cependant, une veilleuse peut-être utile pour aider votre enfant à trouver un sommeil calme et donc réparateur.

Je vous propose également un accompagnement de thérapie comportementale et de séance de sophrologie à mon cabinet si votre enfant a du mal à s’endormir pour causes de plusieurs facteurs cités au-dessus.

N’hésitez pas à me contacter.